Le management selon Botanic… quelques considérations à propos du management par le calme…

01fév16

managementbotanicC’est tout un programme et c’est aussi le titre d’un livret co écrit par les personnes concernées : Gilles Panteix, mais aussi Luc Blanchet, Valérie Cotro, Marc Rossat Mignod et Thierry Nadisic.

Inspiré par plusieurs disciplines dont la psychologie humaniste, la psychologie comportementale, les découvertes des neurosciences et l’approche systémique, le management par le calme s’inscrit dans un vrai projet d’entreprise sur le long terme.

Comment communiquer correctement entre humains quand on est confronté à de si grandes différences d’expériences, d’histoires, de culture… et qui plus est, quand la communication doit servir un projet commun ? Voilà la gageure de toutes les entreprises.

La facilité ou l’efficacité immédiate entraineraient volontiers à conclure que le management par la pression, coupe court à toutes tergiversations et solutionne une mise en action optimale.

Or, nous rappellent les auteurs, les ressorts du management par la pression engendrent souvent, en effets collatéraux, la perte de confiance en soi et la déresponsabilisation des salariés.

Partant de ce constat et refusant ce type de dommages, l’enseigne Botanic, a choisi de se pencher sérieusement sur la question, de réfléchir avec les différents acteurs et hommes de l’art, afin de trouver une meilleure voie.

C’est ce cheminement qui est synthétisé dans ce petit livret qui pourrait servir à bien des managers en questionnement, puisque ce sont les étapes de la réflexion à l’organisation concrète qui sont détaillées ici.

Outil distribué à tous les managers en interne, les adhérents des entreprises humaines peuvent l’obtenir sur demande.

Dossiers d’alternative Economiques

29sept15

epargnersolidaireLe nouveau numéro des « Dossiers d’alternative Economiques » a pour sujet : Epargner solidaire.

Ce numéro détaille l’offre des produits d’épargne solidaire et décrit les initiatives soutenues. Il propose également une réflexion plus large sur la finance et sa régulation. (En vente à partir du 4 septembre)

Innovation participative, remettre l’humain au cœur de l’entreprise

29sept15

innovationparticipativeL’innovation participative, vous n’en avez jamais entendu parler, vous l’avez testée ou vous voulez la mettre en place, ce livre s’adresse à tous ceux qui sont désireux de mieux connaître la démarche, son histoire, son contenu, ses réalisations et ses perspectives de développement.

Riches de témoignages de praticiens en entreprises, de partenaires, sous le sceau de l’association Innov’Acteurs, les co-auteurs nous rappellent quelques fondamentaux pour réussir et nous alertent sur  les écueils à éviter.
Un ouvrage à la fois pédagogique, pratique et démonstratif d’une démarche existante en plein essor.

« Innovation participative, remettre l’humain au cœur de l’entreprise » De Muriel Garcia  et Nadège de Peganow

GROP National « Et si la solution était le participatif ? » (Juin 2015)

29sept15

destek olmakVoici quelques-unes des réflexions, pistes de travail et remarques sur le sujet…ainsi que des références abordées durant la réunion.

Qu’est ce ?
Le travail est souvent naturellement collaboratif puisqu’il s’agit d‘un échange, de faire pour, de faire avec, de répondre à,… mais l’expertise, l’évaluation individuelle, la concurrence, la décision et le pouvoir individualisent. D’autre part la culture générale est essentiellement orientée vers du directif descendant. La société, l’école, le système encouragent beaucoup la personnification alors même que ces trois entités n’existent que dans une organisation collective.
Le collaboratif est-il naturel ou culturel ? Pour devenir naturel il y a une nécessité de le préparer.
La coopération et la collaboration ne signifient peut être pas la même chose. Le collaborateur donne « un coup de main », le coopérateur a « les clés du camion ».
Dans les mots de l’entreprise, la sémantique n’est pas neutre : salarié/salaire, employé/emploi, collaborateur/collaboration, coopérateur/coopération.

Pourquoi ?
De belles réalisations, telles que Wikipédia ou les logiciels libres Linux, ont été menées à bien avec du coopératif total (pas d’organisation, pas de chef, mais un cadre élaboré). Non seulement ces résultats sont fiables et efficaces mais en plus l’organisation souple et le grand nombre de participants égaux dans le projet, les rend invulnérables.
Le collaboratif, pour répondre aux enjeux d’un monde complexe.
Intelligence de l’adaptation quand les projets sont traités par des collectifs
Parce qu’en multipliant les apports différents en intelligence et créativité, on est plus inventif, plus réactif

Comment ?
Endogène ou exogène ? C’est le dirigeant qui la suscite. Il peut l’impulser mais non l’imposer.
Lien étroit avec le pouvoir ; autorisons nous les autres à être dans le pouvoir ?
Suffisamment sécurisée et définie pour ne pas engendrer humiliation, injustice, peur. Ne doit pas être perçue comme une négation du leadership.
Deux obstacles : le leader doit accepter de « diluer » son pouvoir, et les autres doivent accepter d’en prendre. Ou alors, le leader doit rester dans sa zone de légitimité de pouvoir et laisser aux autres la place de décider là où ils sont légitimes à le faire !
Il y a des règles ; Il y a le formel (bien défini) et l’informel (on s’y attend mais on ne l’a pas dit)
Ça part d’en haut pour que ce soit appliqué mais ce système est commutatif : ça va dans les deux sens (on a les patrons qu’on mérite/tel patron, tels ouvriers). De même que cela se passe dans la société civile (on a les politiques qu’on mérite). Les systèmes s’auto entretiennent à l’équilibre, tacitement les uns valident les attitudes des autres.
La sociocratie, un mode de gouvernance qui associe tout le monde. Une élection sans candidat (chacun dit qui lui semble légitime au poste). Le passage de la parole en ordre, respectant le temps de chacun (je dis quand j’ai fini)
Permettre la créativité au cœur du travail.
Collaboratif c’est donner la responsabilité, c’est questionner qui prend la décision, ou à quel niveau elle est prise.
Se mesure-t-elle concrètement? Comment ?
La question de la gentillesse et de la bienveillance vient se mêler au débat, car le constat est que être méchant est plus valorisé (il arrive à ses fins, il a le dernier mot, il est brillant). Le courage de la gentillesse permet peut être d’aller plus loin.

Avec qui ?
Avoir le regard de celui qui est de l’autre côté, ne remet pas en cause l’autorité de l’expert mais cela enrichit d’une vue, d’un éclairage différents.
Tout le monde ne peut pas et/ou ne veut pas prendre le risque. Attention au masque du mensonge, à « faire croire » à la collaboration, dans un univers directif
Les personnes devront faire preuve de polyvalence, d’initiative et de l’adaptation nécessaire surtout dans les petites entreprises. (Notion incluse dans le contrat de travail)

Continuer la lecture ‘GROP National « Et si la solution était le participatif ? » (Juin 2015)’

AGENDA

24sept15

*Les grop sont programmés dans chaque antenne, à peu près une fois par mois, renseignez-vous auprès de vos responsables d’antenne.

Prochains GROP à LYON : le 20 octobre de 18h à 20 h, chez Mirima, il sera question d’échanger sur les pratiques expérimentées visant à la coopération.

Le 1er décembre de 8h à 10h chez ALCYACONSEIL.

Prochain GROP à Bordeaux : Le 12 octobre

Prochain GROP à Valence : Le 26 octobre

Sur Internet

24sept15

https://alternatiba.eu

Depuis octobre 2013, ce mouvement de citoyens né à la suite d’un rapport alarmant du GIEC sur le climat, montre une mobilisation croissante. En ce moment se déroule en France le Tour de France des alternatives qui, parti de Bayonne en juin, se terminera à Paris le 26 septembre.
Sur le site de nombreux témoignages et documents pour que chacun puisse s’informer ou développer des actions dans sa région.

http://www.creg.ac-versailles.fr/spip.php?article625

Le Centre de Ressources en Economie et Gestion de l’académie de Versailles a mis en ligne cet article fort documenté de Stéphane Jacquet
« Du management participatif… au management coopératif. Coopérer pour construire et donner du sens au management »

Insecticide mon amour

24sept15

insecticideAmis amateurs de vin, ce documentaire devrait vous intéresser. Quelle législation pour quels résultats ? Les vignobles en France qui occupent 3% des surfaces cultivées, reçoivent 20% des pesticides répandus sur le sol français ! Est-ce raisonnable ?

Plus d’infos :
https://www.facebook.com/insecticidemonamour

« Insecticide mon amour » par Guillaume Bodin

La comédie humaine du travail

24sept15

comediehumainetravailDans le Nouvel Obs du 09 août est paru un article intitulé : « Les effets destructeurs du management à la cool » signé d’Anne Grignon. Ce titre ne pouvait qu’attirer l’attention de qui s’intéresse aux relations en entreprise, et en effet le point de vue est intéressant. Il s’agit ici d’un commentaire à partir du livre de la sociologue Danièle Linhart, « La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale », où celle-ci souligne combien si le questionnement sur le management est si présent actuellement, il est parallèle au fait que l’on vide le travail de sa substance. Mais remplacer le sens du travail par du bien-être, n’est-ce pas aller encore plus loin dans la « précarisation subjective du salarié » ?

« La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale » de Danièle LNHART, Editions Erès, 152 pages.

Faire AVEC les autres…

24sept15

L’association Innov’Acteurs est positionnée sur l’innovation participative et définit ses missions ainsi :
Promouvoir l’Innovation Participative en France,
fédérer toute activité contribuant au développement de l’Innovation Participative,
contribuer aux apports méthodologiques et à la professionnalisation,
organiser des échanges et des partages d’expériences,
stimuler la veille et la réflexion prospective.

L’association organise chaque année depuis 2004 la remise des trophées de l’innovation participative. Plus de renseignements sur le site : http://www.innovacteurs.asso.fr/

———————————-

Les AMANINS et HABITERRE s’associent pour proposer un forum citoyen exceptionnel les 11,12 ET 13 NOVEMBRE 2015

« PENSER ARGENT ! PARLER ARGENT? « 

Un forum citoyen pour redonner sens à l’argent et en comprendre notre relation.

Plus d’infos sur : http://seminaires.lesamanins.com/

Clin d’œil pour des convaincus !

24sept15

La gouvernance par les nombres…*

La tyrannie des chiffres nous poursuit ou nous devance, c’est à voir !

Nous le dénonçons régulièrement, car nous en sommes convaincus, « compter n’est pas humain ». Dans son cours au Collège de France, Alain Supiot, juriste et spécialiste du droit social, s’insurge sur l’objectif de performance qui fait prévaloir les chiffres sur toute autre dimension sociale et sociétale, « la déshumanisation étant considérée comme la rançon du progrès » !

Il dénonce ainsi ces méthodes absurdes de comptage qui poussent par exemple les chercheurs aujourd’hui à « découper » un article, publié entier autrefois, en quatre ou cinq publications pour atteindre le quota attendu, voire à «  tricher sur les sources ou falsifier les résultats ». Les transformations du travail qui accentuent de plus en plus l’intérêt des procédures, des normes et du contrôle chiffré, aux dépens de l’originalité du binôme « contenu du travail/humain qui le réalise », pourraient faire passer les humains pour de simples « machines intelligentes ».

Ce n’est pas le premier à dénoncer cette dérive**.

Nombreux sont ceux qui, au travers de leur expérience ou d’études réalisées,  entreprennent d’alerter, en témoignant ou en écrivant, sur l’aspect douloureux voire mortifère de ce «management », certains même prouvent comment dans leur propre structure, fonctionner différemment a été fort bénéfique. Alain Supiot estime que « la justice sociale ne consiste pas seulement à redistribuer les biens, elle implique de donner à chacun la possibilité de réaliser ce qu’il est dans ce qu’il fait, de forger sa personne dans l’épreuve du travail ».

On a beau en être intimement persuadé, le lire est toujours revigorant !

*Titre de l’ouvrage d’Alain Supiot, issu de ses cours au Collège de France. Alain Supiot a été expert auprès de la commission européenne.
** Entre autres, l’ouvrage « Les stratégies absurdes », de l’économiste Maya Bonvallet, qui mène des recherches sur les indicateurs de performance, explique avec moult exemples à l’appui, combien les objectifs chiffrés peuvent être contre productifs par rapport au contenu réel du travail.




LEH from LEH on Vimeo.

les entreprises humaines

L'association rassemble des Femmes et des Hommes Engagés dans la Mise en Œuvre de Pratiques Plus Humaines dans l’Entreprise.

Son ambition est de devenir l'Association qui fait référence en montrant que la performance durable de l'entreprise découle de l'épanouissement des personnes qui la constituent comme de celles qui interagissent avec elle !

Calendrier

juillet 2016
L Ma Me J V S D
« fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031